Vous êtes ici

Construire et entretenir les infrastructures
Bernard HéritierPrésident - RGRA

Partager l'article

L'année 2018 démarre avec un meilleur climat économique et des congrès importants, aux contenus variés, témoins de la vitalité de nos professions.

Le Pavement Preservation and Recycling Summit (PPRS), qui s’est tenu à Nice fin mars, a connu un grand un succès sur des thématiques qui concernent directement la qualité de nos infrastructures. L’entretien du bien public, routes et rues, n’est pas à la hauteur des attentes des usagers et le capital investi n’est pas non plus préservé, à l’exception de rares secteurs. Sans parler des besoins d’adaptation des infrastructures aux nouveaux modes de transport émergeants.

Avril, c’est la fin d’un hiver qui cette année s’est un peu attardé, endommageant un peu plus un réseau devenu vulnérable. Les dégâts constatés dans de grandes agglomérations qui ont a priori les moyens d’entretenir leurs infrastructures sont un exemple à méditer... et à éviter.

Le dossier consacré à la viabilité hivernale s’ouvre avec le congrès AIPCR de Gdańsk, événement indispensable pour partager des connaissances, échanger les bonnes pratiques et promouvoir une « viabilité sûre et durable ». Les exemples présentés sont riches d’enseignements, très utiles aux gestionnaires d’infrastructures. Il y a ceux, comme la Savoie, pour qui le service hivernal est une pratique permanente, d’autres pour qui les accidents météorologiques sont plus aléatoires avec des organisations plus légères et des risques de perturbation importants.

Avril 2018, c’est aussi Intermat, salon international de la construction et des infrastructures qui accueille des dizaines de milliers de visiteurs et présente une offre complète pour les chantiers de travaux publics et de bâtiment, avec des présentations et démonstrations de matériels. C’est l’objet d’un autre dossier.

Pour les 4 pôles d’expertise mis en avant cette année, un concours innovation a été organisé. Il a connu un grand succès avec plus de 90 dossiers retenus. Pour la partie routes et industries, trois matériels sont présentés dans ce numéro : l’exosquelette, qui préfigure l’évolution de nos métiers... en attendant les robots, un nouveau poste d’enrobage qui recycle les agrégats d’enrobés à 100 % et une pelle entièrement électrique. Les innovations concernent la transition numérique, la transition énergétique et le traitement des données. Autant de sujets qui modifieront profondément nos façons de concevoir et de construire les ouvrages de demain.

Un prochain numéro de la revue illustrera l’apport du numérique aux chantiers. D’autres congrès ou journées techniques programmés traiteront de la mobilité intelligente et de ses interactions avec les véhicules et les infrastructures.

Sommaire

Editorial

Dossier

Recherche et innovation

Éclairage public

Sécurité routière

Revue RGRA